L'homme qui a cessé mes larmes

Admin

Rien n'est perdu pour qui sait se relever Le mariage était arrangé. Je n'avais pas mon mot à dire. Il venait quand il le voulait et mon jeune âge était ma faiblesse. Je subissais sans rien dire. 

 

 

Quand je partais trouvé réconfort chez moi, dans mon village, on me reconduisait en me demandant d'endurer. 

 

 Quand il était sur moi, je pleurais. Je ne voulais rien de lui. J'ai eu un enfant avec lui. Un jour, il me frappé alors que j'avais l'enfant sur mon dos. C'était l'acte ultime. Je n'avais que 18 ans sinon moins. J'ai alors pris mon enfant et au petit matin, je suis partie. Je marchais sans destination et jusqu'à n'avoir plus de lait pour mon enfant, je m'en rappellerai toujours. Je suis tombée malade sur le chemin, à l'entrée d'un village. 

 

Ils s'occupèrent de moi. Ils connaissaient mon nom de famille et ma famille fut alertée. On m'a ramené. On voulait me renvoyer chez mon mari, j'avais menacé de me suicider et c'était sérieux. Je ne voulais plus de cette vie, au nom de l'amour. 

 

 

Ma famille m'avait maudit. Je n'étais qu'un simple meuble. Ma mère avait supplié mon père de me laisser partir en ville, trouver du travail. Je suis partie. J'étais déjà endurante, j'ai fais maison sur maison durant mon premier jour, afin de trouver un emploi. J'ai finalement été pris comme femme de ménage. J'ai rencontré une première patronne exigeante et difficile, mais moins difficile que mon ancien mari. 

 

La deuxième patronne était un ange, elle me prenait comme sa soeur. Elle était devenu ma complice. Elle m'a appris la couture qui est devenu petit-à-petit une passion puis un métier. Les relations avec la famille n'était pas les meilleures, mais je savais qu'ils finiraient par me comprendre, me pardonner. 

 

Je leur envoyé ma paye de chaque mois. Ma patronne n'avait pas d'enfant et adorait mon fils comme sien. Je suis devenue professionnelle de la couture. Elle me nourrit et aujourd'hui je suis une grande figure de la mode. Mon fils a grandi et j'ai fais tout pour qu'il ne déteste jamais son père avec qui il communique souvent. 

 

Mon père est décédé, ma mère quant à elle vit maintenant avec moi en ville. J'ai rencontré un autre homme qui m'a redonné le goût à l'amour